kinéis iot

Kinéis lève 100 millions € pour ajouter des satellites IoT au système Argos

Le Français Kinéis annonce une levée de fonds de 100 millions d’euros pour financer le lancement de sa constellation de nano-satellites IoT. Cet ambitieux projet va compléter le système Argos de localisation et de collecte de données géo-positionnées par satellite en place depuis 1978…

Depuis plus de 40 ans, le système Argos permet aux scientifiques, aux ONG et aux gouvernements de  » comprendre notre planète, de la protéger et de gérer nos ressources naturelles de façon durable « , comme le rappelle Christophe Vassal, PDG du CLS Group et président du Conseil de Surveillance de Kinéis.

Si vous l’ignorez, sachez que Kinéis est un spin-off de la société de services satellitaires CLS (Collecte Localisation Satellites), créé en juillet 2019 avec le soutien de l’agence spatiale française CNES (Centre national d’études spatiales). L’objectif de cette jeune pousse ? Devenir un acteur majeur du  » French New Space « .

Au cours de l’été dernier, Kinéis avait signé deux partenariats stratégiques importants avec des acteurs majeurs de l’IoT : le premier avec Objenious, et le second avec la Wize Alliance regroupant notamment SUEZ, GRDF et Sagemcom.

Quelques mois après sa création, le 3 février 2020, Kinéis annonce une levée de fonds de 100 millions d’euros. Les principaux investisseurs sont CNES et Bpifrance par le biais du fonds d’investissement SPI. Parmi les autres investisseurs, on compte le  » Programme d’investissements d’avenir  » et la Banque d’Investissement Européenne ainsi que Ifremer, Thales, CELAD, BNP Paribas Développement ou encore Hermreia. CLS reste le principal actionnaire avec 32% du capital.

Cette somme va permettre à Kinéis de financer la construction d’une constellation de 25 nanosatellites dédiée à l’Internet des Objets, 20 stations terrestres, l’infrastructure informatique nécessaire au contrôle de la constellation, au traitement des données et à leur distribution, le développement de nouveaux produits, le lancement des satellites et l’expansion internationale de l’entreprise.

L’architecture du système est définie par Thales Alenia Space, qui se charge aussi de la construction des stations terrestres. De son côté, Hemeria (ex-Nexeya) développe les plateformes et intègre les satellites.

Kinéis va mettre en orbite 25 nano-satellites pour une connectivité IoT universelle

Cette constellation de nano-satellites viendra fournir une connectivité satellite universelle, et complémenter le service délivré depuis plus de quatre décennies par Argos afin d’assurer le futur de ce système à l’ère du renouveau de la conquête spatiale. La production des satellites a débuté en juin 2019.

La constellation Kinéis devrait être opérationnelle d’ici 2022. Elle permettra de connecter plusieurs millions d’objets à internet, où qu’ils soient sur la planète, d’ici 2030. Un prototype de nanosatellite intitulé  » ANGELS  » a été lancé le 18 décembre 2019.

Grâce à cette levée de fonds, Christophe Vassal estime qu’un grand pas en avant vient d’être effectué. Le chef d’entreprise est à présent convaincu que le succès de Kinéis garantira sa croissance future.

De son côté, Alexandre Tisserant, le nouveau président de Kinéis, estime que ces fonds vont permettre à la firme de se focaliser sur la fabrication des satellites et le déploiement commercial sans avoir à se soucier du lancement. Il s’agit donc à ses yeux d’une étape majeure.

Aux dires de Jean-Yves Le Gall, président du CNES, fondateur du système Argos,  » Kinéis va permettre au French NewSpace de devenir une réalité « . Le lancement du prototype ANGELS prouve selon lui  » qu’il est possible de développer, de fabriquer et de lancer des satellites en seulement deux ans et demi contre cinq à dix ans par le passé « .

Rappelons que de nombreuses entreprises investissent actuellement dans le domaine des constellations de satellites IoT. On peut notamment citer l’Américain SpaceX avec son projet Starlink, mais aussi le Français Eutelsat qui s’est associé à Sigfox. Dans un futur proche, ces astres artificiels permettront de profiter d’une connectivité IoT universelle même dans les endroits les plus reculés du monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *