Accueil > Tendances > Monde > Sigfox s’exporte chez l’Oncle Sam
Sigfox

Sigfox s’exporte chez l’Oncle Sam

Après l’IoT Valley de Toulouse, Sigfox s’exporte chez l’Oncle Sam. D’ici la fin de l’année, le spécialiste toulousain des réseaux bas-débit prévoit d’étendre sa couverture IoT à 110 villes des Etats-Unis. De quoi donner raison à son statut de « leader mondial des objets connectés ». 

Le pionner de l’IoT n’a pas fini sa course à l’étranger. Dix jours après avoir fait l’annonce de sa présence au Brésil, Sigfox continue de propager ses infrastructures aux USA, où l’entreprise s’est déjà développée à San Francisco, New York, Boston, Los Angeles, Chicago, Atlanta et Dallas. Afin d’atteindre cet objectif, la société a élaboré plusieurs partenariats avec des propriétaires de site, qui lui permettront de déployer des milliers d’antennes réseaux.

Quand Sigfox vise l’étranger

En 2014, la startup toulousaine a donné naissance au plus grand réseau de parkings intelligents du monde, en équipant Moscou de 15 000 capteurs sur les aires de stationnement. Environ 100 millions d’euros ont été levés par Sigfox en février 2015 auprès d’industriels étrangers tels que l’opérateur espagnol Telefonica ou le fonds de capital-risque transatlantique, Partech Ventures.

« Cette levée de fonds salue notre parcours et met en lumière le potentiel de Sigfox dans la course à venir pour le standard mondial de la connectivité par messages courts » (Ludovic Le Moan, PDG de la société)

La compagnie s’est déjà imposée dans 18 pays en connectant plus de 7 millions de dispositifs. En continuant son développement aux Etats-Unis, elle a largement de quoi tenir la concurrence à Qowisio, qui a lancé 18 réseaux privés à l’étranger ou LoRa, qui s’est lancé en Russie avec 1 milliard de capteurs d’ici 2025.

Une opportunité pour les USA de renforcer leur poids sur le marché de l’IoT

Selon le cabinet IDC, les revenus générés par l’internet industriel aux Etats-Unis atteindront 1,9 milliard de dollars d’ici 2020. Dans 5 ans, le pays de l’Oncle Sam pourrait bien accéder au 3ème rang mondial en termes de nombre d’objets connectés. En avril 2016, les Etats-Unis avaient déjà lancé un appel mondial en faveur de l’IoT.

« Les Etats-Unis constituent un marché colossal en matière de connectivité ‘IoT’ (pour ‘Internet of things’, Ndlr), particulièrement dans les secteurs de la ville intelligente, l’énergie, la logistique ou encore l’agriculture, qui requièrent une solution de connectivité économique à grande échelle » (Allen Proithis, PDG de Sigfox en Amérique du nord)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend