in

Top 5 des raisons qui pourraient faire échouer votre start-up IoT

Homme en colère

Monter une start-up IoT est votre objectif, cependant les difficultés ne font que commencer. Voici un petit top 5 des erreurs à ne pas commettre si l’on veut réussir.

Erreur 1 : N’être ni un expert ni un utilisateur cible du produit développé

Ne pas être un expert dans le secteur IoT risque d’être un problème. Lorsque vous êtes nouveau dans quelque chose, vous subissez le célèbre effet Dunning-Kruger.

Définition Wikipedia: « L’effet Dunning-Kruger est un biais cognitif selon lequel les moins compétents dans un domaine surestiment leur compétence alors que les plus compétents auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence. »

Dunning Kruger Schema
Source : TheAllMightyJenny

En évitant cette erreur, vous pourriez éviter beaucoup d’autres erreurs.

Leçon: travailler sur un domaine où vous êtes soit un expert ou un utilisateur aguerri. Sinon: devenez-le.

Exemple : Le Fondateur d’Homejoy (Adora Cheung) a travaillé comme nettoyeur professionnel pour mieux comprendre son secteur.

Erreur 2 : Faire preuve de négligence sur l’idéation avant de commencer la construction du produit.

Parmi les principaux obstacles : ne pas comprendre suffisamment le marché et la concurrence, ne pas comprendre la personnalité de ses clients ou quelles sont les valeurs recherchées.
Après s’être remis en question, il est nécessaire d’être en mesure de fournir cette valeur.

Il est toujours possible de valider ou invalider un grand nombre d’hypothèses au sujet du produit, du marché et de la concurrence en amont, avant même d’avoir conceptualisé le produit.

Exemple : un bon moyen de le faire est de vendre des produits existants aux clients potentiels.

Méthode annexe : Faire une liste complète avec les hypothèses des moments charnières qui risqueraient de créer une rupture pour le marché, le produit ou la concurrence. Les classer selon leurs probabilités de survenir et éliminer le maximum de risques potentiels. En méthode Agile, on appelle ça un cycle itératif.

Erreur 3 : Être sûr de son projet au point de ne plus écouter ses collaborateurs

écouter ses collaborateurs
Il est normal d’avoir des doutes. Même si le projet est très avancé et même si vous avez investi énormément de votre temps…ou que vous êtes tombé amoureux de votre produit ! Il est important de se poser des questions difficiles.

Par exemple : est-il normal d’être sceptique quant à votre produit ? Est-il correct d’exprimer vos doutes et de faire chuter le moral de l’équipe ? Ou faire en sorte que votre co-fondateur sente que vous n’êtes pas aussi attaché à l’idée et la vision qu’il peut l’être ? Pas totalement, cependant être transparent sur vos doutes avec vos co-fondateurs dans le long terme est un gage de réussite. On peut économiser des mois de travail…et beaucoup d’argent !

Leçon : Il est absolument nécessaire pour les fondateurs d’être engagés à la vision de la société. Néanmoins, il y a plusieurs façons d’atteindre une vision. Ne pas tomber amoureux de son titre et accepter la possibilité que vous pourriez avoir à recommencer les choses à zéro. Bref, construire une culture de transparence dans votre entreprise et encourager la dissidence parmi les co-fondateurs pour voir la start-up de manière objective.

Erreur 4 : Vouloir tout faire pour tout le monde.

Une personne surbookée

 

Exemple : vouloir faire des commutateurs qui pourraient automatiser les lumières, les ventilateurs et le chauffe-eau. Essayer d’automatiser le téléviseur, le réfrigérateur, le four et la voiture si c’était possible de le faire. Vouloir obtenir un prix abordable pour l’objet tout en visant un standing de luxe.

Leçon : Comme tout démarrage, les ressources sont limitées. Il est donc toujours préférable d’identifier et de résoudre au mieux un problème plutôt que de résoudre de nombreux problèmes de façon moyenne.

Erreur 5 : Sous-estimer la commercialisation

vendre IoT

Construire un projet et un prototype réussi est difficile. Le commercialiser est 10 fois plus dur.
Exemple : Pebble, malgré son succès Kickstarter, connait des difficultés.

La construction d’un prototype est la partie la plus facile. Le vrai défi vient dans la conception de produits, l’ingénierie, la fabrication, la distribution et le marketing.

Il faudra trouver un fournisseur fiable et gérer des flux de trésorerie, car vous aurez à payer vos fournisseurs des mois avant que vous ne soyez payé par vos clients.

Leçon : Il faut comprendre que savoir innover n’implique pas de savoir discuter avec ses fournisseurs ou savoir vendre ses produits à des distributeurs. Il faut donc planifier et déléguer les taches qui ne sont pas le cœur de compétence de l’entreprise. Engagez des gens expérimentés dans votre équipe ou entrez dans un accélérateur de matérialisation comme HAXLR8R.

Bon plan : Si vous n’avez pas beaucoup de start-ups autour de vous pour interagir et partager et que souscrire à la newsletter d’un grand nombre de blogs sature votre boite mail, il existe une solution : FundaMine, une communauté pour aider les professionnels à interagir avec les entrepreneurs de son secteur.

Source

One Comment

Laissez une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.