uber iot

Faute de permis, Uber met fin aux essais de ses voitures autonomes à San Francisco

L’expérimentation du service de conduite autonome d’Uber en milieu urbain a officiellement duré seulement une semaine. La société n’aurait pas eu le permis obligatoire pour tester ses véhicules en pleine ville. 

Mercredi, Uber a mis fin à son service de voitures autonomes à San Francisco après avoir défié les responsables californiens ayant ordonné d’arrêter le service pour des raisons de légalité. Selon les fonctionnaires d’Etat, l’entreprise n’aurait pas eu les permis d’Etat nécessaires pour la conduite autonome.

Dans un communiqué, Uber a annoncé avoir mis fin à ce programme pilote après que le California Department of Motor Vehicles ait révoqué les immatriculations de ses voitures autonomes.

Découvrez notre lead marketplace I.T

« Nous examinons actuellement où nous pouvons déployer ces voitures, mais nous restons 100 % engagés en Californie et redoublons d’efforts pour développer des règles applicables à l’échelle de l’Etat » a déclaré la société.

22xp-uber_web1-master768

Uber force les portes

Uber a eu tendance à s’introduire sur de nouveaux marchés en enfreignant les lois locales, une approche combative pour se développer à l’échelle mondiale. Cependant, Uber a commencé un pilote de son expérience de conduite autonome à Pittsburgh en septembre, qui se poursuit toujours aujourd’hui.

Pourtant, la défaite au niveau de la voiture autonome en Californie augmente le nombre de régressions de la société dans ce domaine. Uber a renoncé à son propre service d’autopartage en Chine cette année, en choisissant plutôt d’investir dans l’opérateur local Didi Chuxing. L’entreprise a également réduit sa présence sur d’autres marchés, y compris certaines villes en Allemagne.

Un jour avant que Uber ne commence son projet pilote, les régulateurs étatiques ont expliqué leurs exigences pour que la société respecte les règles.

Dans une déclaration datant du 13 décembre sur les essais de véhicules autonomes, le California Department of Motor Vehicles a déclaré «  Nous avons un processus de délivrance de permis opérationnel pour assurer la sécurité publique lors ce type de technologie est en test. Vingt fabricants ont déjà obtenu des permis pour tester des centaines de voitures sur les routes de la Californie. Uber fera de même ».

Malgré cela, Uber est resté très méfiant en déclarant qu’elle n’avait pas l’intention de mettre fin à son essai et que ses voitures autonomes étaient toujours sur la route pour prendre des passagers.

Les fonctionnaires de chez Uber ont soutenu que selon la lettre de la loi de la Californie, la société n’avait pas besoin d’un permis, car le Department of Motor Vehicles a défini les véhicules autonomes comme ceux qui se conduisent « sans  le contrôle physique ou la surveillance d’une personne physique ».

aa9cc0cebbf3a8fee65cbc07614acdebf7db57ce

Selon Uber, sa voiture autonome Volvo XC90s exige la surveillance d’un humain et ne correspond pas en cela à la définition californienne d’un véhicule autonome. Il faut noter que des sociétés comme Google ou Tesla Motors ont toutes deux obtenu ce type de permis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *