Accueil > Business > IoT : Les maîtres du jeu (pour le moment)
Partie de poker

IoT : Les maîtres du jeu (pour le moment)

Le marché de l’IoT dessine ses contours au fil de son développement fulgurant. Et ses acteurs principaux commencent également à émerger pour former un groupe de tête qui pèserait de plus en plus dans le secteur de la technologie connectée.

Toujours balbutiant, mais au potentiel quasi-illimité, l’Internet des Objets et son juteux marché aux ramifications diverses voit une hiérarchie d’entreprise s’installer dans les plus hautes sphères de son évolution. Évalué à près de trois milles milliards de dollars, le marché de l’IoT n’a pas fini d’attiser les convoitises entre start-ups novatrices et grosses écuries historiques qui tentent de chaperonner à leur manière la technologie connectée. Quels sont donc ces leaders ?

Les 18 sociétés les plus influentes dans l’IoT

Révélée par Business Insider UK via Network World, cette liste non-exhaustive se base sur l’activité générale d’une entreprise dans le secteur de l’IoT. Selon Network World, elle se base sur les prises d’initiatives et la visibilité d’une entreprise sur le marché : cette liste dresse donc ces grands pontes du tout connecté via les critères retenus par le site américain.

Amazon Web Services, sur le toit du cloud mondial

En tête de peloton, la filiale de l’entreprise de Jeff Bezos est récompensée par son positionnement gagnant sur le cloud computing. Amazon Web Services, premier fournisseur de la technologie cloud dans le monde, fait même part égal avec l’autre corps de métier d’Amazon, le e-commerce.

En 2015, AWS lance également sa propre plateforme IoT articulée par un programme de traitement de données en temps réel comme Kinesis, mais aussi par une solution de stockage sur Internet incarné par Amazon Simple Storage Service (Amazon S3) ainsi qu’un service de base de données NoSQL, Amazon DynamoDB. Au niveau des partenariats, AWS n’est pas en reste : elle vient de récemment signer un partenariat avec C3 IoT, qui fournit une plateforme connectée conçue pour les entreprises

Jeff Bezos, PDG d'Amazon
Jeff Bezos, pape autoproclamé du cloud ?

AT&T

C’est un fait, AT&T montre son ambition dans sa quête de l’IoT, et compte bien rester une entité clé dans le secteur avec M2X, son propre service de stockage de données en cloud computing et Data Flow, un portail de développement à destination des programmateurs d’applications destinées à l’IoT, ainsi qu’un kit de lancement pour les développeurs d’applications reliées à la technologie connectée.

L’opérateur téléphonique américain se démarque également par son pari de voir son réseau haut débit être le plus plébiscité par les véhicules connectés, avec 10 millions de connexions attendues d’ici 2017, incluant une flotte de plus d’un million d’automobiles et 243 000 containers.

Bosch

Le conglomérat allemand, l’un des deux seuls représentants européens de cette lise avec son compatriote Siemens, a rapidement pris la mesure de l’IoT. Avec Bosch IoT Suite, le constructeur d’électroménager s’est lancé dans l’aventure connectée avec l’objectif de fournir une plateforme flexible et disponible pour les entreprises et les particuliers, avec la ferme intention de devenir à l’instar d’AT&T un acteur majeur de l’IoT.

Cisco

L’entreprise californienne s’affiche comme un précurseur de la technologie connectée depuis ses débuts, avec même une nouvelle conceptualisation de l’IoT devenu l’IoE (Internet of Everything) d’après un rapport publié en 2014.

Avec une telle science de l’anticipation, difficile de passer à côté de Cisco dans le secteur connecté avec Cisco IoT System, qui s’appuie sur des services tels que la connectivité réseau, de fog computing (cloud décentralisé privilégié par les objets connectés), d’analyses de données, de sécurité et de management.

Dell

Chez Dell, l’IoT, c’est une question d’esprit d’équipe : le partenariat du constructeur avec Intel a donné naissance à un laboratoire spécialement dédié à l’IoT en plein coeur de la Silicon Valley en 2014. À l’instar de ses concurrents, Dell propose des solutions via son écosystème IoT mêlant sécurité, analyse de données et flexibilité.

General Electric

Apôtre de l’Internet des Objets Industriel (IIoT), concept qui décrit l’action des objets connectés sur la construction d’un Internet nouveau, General Electric a développé un réseau particulièrement dense de services associés à l’IoT. Predix, sa plateforme de cloud computing et d’analyse de données, à par ailleurs récemment été associée à Azure, son alter ego de Microsoft, pour former un super cloud industriel.

Google

Le don d’ubiquité de la firme de Mountain View ne pouvait que placer Google au plus haut niveau d’influence sur le secteur de l’IoT, avec à la fois un rôle de prestataire et de consommateur. Ses ambitions se sont concrétisées une fois le constructeur de thermostat intelligent Nest acheté pour 3,2 milliards de dollars, pour développer des solutions en domotique connectée complètes. Sur tous les fronts, notamment sur le marché des véhicules autonomes, Google prend appui de sa position monopolistique pour mettre en avant un service cloud public parmi les plus sollicités et les plus performants au monde.

Hitachi Data Systems

La division opérationnelle du conglomérat Hitachi est le bras armé du géant japonais de l’électronique dans le marché de l’IoT. Cette filiale s’appuie sur le partenariat d’Hitachi et d’Intel pour la réalisation de matériel connecté de pointe, et sur le développement de sa propre plateforme pour collecter et analyser les données issues de l’IoT. La jonction du savoir-faire des constructeurs américain et japonais garanti à HDS un potentiel indéniable pour devenir l’une des places fortes de l’IoT, la pierre angulaire de la stratégie globale d’Hitachi pour conquérir l’IoT.

Huawei

L’opérateur et constructeur chinois a bousculé le marché de l’IoT l’année dernière en lançant en grande trombe l’Agile Network 3.0, une plateforme conçue pour être un pont entre les concepteurs d’objets connectés et leur réseau. Cet écosystème comprend un OS open source  spécialement conçue pour les objets connectés, un portail IoT (servant de routeur pour relier capteurs et logiciels IP), un appareil de contrôle dont le rôle est d’unifier les différents terminaux, portails, applications et autres appareils connectés. Solidement implanté en Asie et aux États-Unis, Huawei entend bien devenir un acteur majeur du monde de l’IoT.

 IBM

À l’aide de son intelligence artificielle Watson, IBM dispose d’un puissant outil pour jouer un rôle capital dans l’IoT.

Un outil qui n’a pas manqué de taper dans l’oeil de Cisco. L’entreprise californienne a par ailleurs signé un accord de principe avec IBM pour intégrer la technologie offerte par Watson dans ses propres routeurs. IBM, qui a défini ce partenariat comme comme exemple à suivre pour construire des services IoT,  disposent déjà de nombreux partenariats avec des acteurs majeurs de l’IoT, à l’image des fabricants de puces magnétiques ARM & Intel.

Intel

Chez Intel justement, on se base sur la construction de puces pour processeur afin d’équiper une large majorité d’objets connectés et fournir en parallèle les écosystèmes IoT. Fort de ses nombreux partenariats, Intel a acquis très récemment la start-up Itseez, une startup spécialisée dans la computer vision, pour un montant encore non divulgué. Le géant des puces compte accélérer dans l’Internet des Objets et sur le marché de l’auto-conduite.

Microsoft

La référence absolue en terme d’informatique construit sa vision de l’IoT à travers la technologie d’Azure, son système cloud. Après avoir signé un partenariat avec la plateforme de GE, Predix, pour la formation d’un super cloud, c’est Boeing qui annonce une collaboration prochaine avec la firme de Redmond. Le but premier de ce partenariat est de centraliser les assets gérés par Boeing, AerData et Jeppesen auparavant hébergés sur plusieurs plateformes comme AWS ou Century Link.Inc, et de permettre au géant américain de l’aviation d’utiliser l’intelligence artificielle Cortana qui pourra officier comme gestionnaire des infrastructures en se basant sur les données recueillies sur la plateforme Azure.

Satya Nadella, PDG de Microsoft
Satya Nadella, PDG de Microsoft

Oracle

À l’origine de nombreux outils pour l’analyse et la gestion de données, Oracle s’appuie sur sa palette de programmes pour entreprises (Oracle Sales cloud, Service Cloud et GRC), son service IoT et sa plateforme cloud pour mener à bien ses projets. L’entreprise californienne a déjà séduit Cytta Corp. et son partenaire Doctor Direct, qui ont choisi la plateforme Cloud IoT d’Oracle. Doctor Direct utilise la technologie VeriSmartPhone de Cytta, un système de monitoring médical à distance. Le but, intégrer le service le plus rapidement sur une plateforme déjà mature.  

PTC

L’entreprise américaine, dont le corps de métier se concentre sur la conception de logiciels, s’est très vite fait remarquée sur le marché connecté par le biais de sa stratégie particulièrement agressive. Après l’achat de l’application de développement de plateforme IoT ThingWorx, du service cloud de gestion d’objets connectés Axeda ou encore l’intelligence artificielle Coldlight, l’acquisition de Kepware lui a permis de mettre un pied sur l’Internet des Objets Industriel pour mettre au point une offre complète pour les entreprises, comme lors du LiveWorx 2016 à Boston.

Salesforce

L’éditeur du performant logiciel de GRC (Gestion Relation Client) s’est lancé fin 2015 dans le monde connecté avec l’annonce de l’ouverture de sa propre plateforme intelligente sobrement baptisée IoT Cloud. Construit sur la toute nouvelle plateforme Thunder, qui fait office de moteur de traitement de données et d’événements en temps réel. Salesforce affirme ainsi que sa propre plateforme peut prendre en charge plusieurs milliards de données en temps réel, qu’il s’agisse de capteurs connectés, de localisation mobile ou d’applications. Malgré l’utilisation de ce système, Salesforce a récemment annoncé se reposer néanmoins sur la plateforme Heroku hébergée chez Amazon Web Services pour augmenter ses performances dans l’IoT.

Samsung

Totalement versé à la cause de l’IoT, le géant coréen de l’électronique s’est donné comme défi de rendre l’ensemble de ses gammes compatibles avec la technologie connectée, et ne compte pas lésiner sur les moyens : un investissement de plus d’un milliard de dollars sur quatre ans est prévu dans cette optique par Samsung.

Siemens

Le spécialiste de l’ingénierie en Europe a concrétisé l’année dernière sa volonté de connecter ses produits en liant un partenariat avec le français Atos pour fournir une plate-forme de cloud basée sur la plate-forme SAP HANA et ainsi offrir une gamme de services de données afin de répondre aux exigences commerciales croissantes de Siemens.

Qualcomm

Reconnu pour la qualité et le nombre de ses brevets portant sur l’IoT, Qualcomm s’illustre par sa participation à l’initiative AllJoyn, dont le but est de concevoir un protocole open source pour les équipements relevant de l’IoT, mais aussi l’acquisition du français Capsule, leader mondial en solutions d’intégration des appareils biomédicaux pour les hôpitaux et de collecte de données médicale.

Le fait : l’omniprésence américaine dans l’IoT

Sur les 18 entreprises recensées par Network World comme étant les plus influentes, seules quatre ne sont pas issues des États-Unis. Une information révélatrice pour pointer du doigt le retard significatif des autres pays industrialisés dans le secteur de l’IoT ? Si Business Insider n’en fait pas allusion, reste à constater la position de force de l’Oncle Sam dans la technologie connectée. Pas une surprise certes, mais un paramètre à prendre en compte pour les états qui comptent négocier proprement le virage de la révolution industrielle 3.0 qui se profile.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend